Formation professionnelle : idéal ou pas pour trouver un travail ?

Pour ma part, la formation professionnelle n’était considérée que comme une voie acceptable pour ceux qui n’étaient pas des « universitaires ». Donc si nous étions bon à l’école, si nous avions obtenu les bonnes notes, alors nous avons décroché nos bacs et poursuivi nos études. Sinon, l’autre solution est d’aller tout droit et trouver un travail ou une qualification professionnelle.

Je suis pour la formation professionnelle

Permettez-moi donc de dissiper ce mythe. Le terme «professionnel» signifie en réalité «lié au travail». Donc, si je fais une qualification professionnelle, cela signifie que j’acquérais des compétences qui m’aideront à trouver un travail et à le faire. L’enseignement professionnel n’est pas une alternative «plus facile» que l’obtention du baccalauréat, c’est quelque chose qui donne aux gens des compétences pratiques et les connaissances fondamentales qu’ils doivent comprendre pour utiliser ces compétences.

Je suis sûr que la plupart des gens qui ont enseigné au lycée ont eu des étudiants qui ont confié que ce qu’ils aimaient le plus à faire, c’était travailler avec leurs mains, qu’il s’agisse de moteurs de voiture, de circuits électriques domestiques, de coiffures ou de massages thérapeutiques. Je parie que beaucoup de ces étudiants ont également confié qu’ils ne pouvaient absolument pas dire à leurs parents qu’ils préféreraient exercer l’une de ces professions plutôt que d’aller au collège pour se préparer à une carrière professionnelle ou commerciale.

Formation professionnelle

Je pense que certaines personnes ne savent pas que l’on peut obtenir des qualifications professionnelles qui nous mèneront au même niveau qu’un diplôme supérieur. Ainsi, les possibilités de développement personnel continu sont donc toujours présentes, même si l’on ne choisit pas la voie conventionnelle.

Avec une qualification professionnelle, j’ai donc plus de chances de pouvoir commencer à travailler plus tôt, ce qui me permet d’acquérir l’expérience nécessaire pour sauvegarder ce que j’apprends et me permet de gagner de l’argent en même temps.

Mais cependant, j’ai remarqué que nous vivons dans une société qui accorde une grande valeur aux professions et aux emplois de cols blancs, et qui considère toujours que le travail des cols bleus a un statut inférieur. Il n’est pas surprenant que les parents souhaitent que leurs enfants poursuivent une carrière qui maintiendra ou augmentera leur statut.

Pour conclure, je suis tout à fait en désaccord avec le parti pris contre l’enseignement professionnel. C’est destructeur pour nos enfants. Ils devraient avoir la possibilité d’être formés à toutes les compétences que leurs dons et préférences naturelles les amènent, plutôt que de les condamner plus ou moins à des emplois qu’ils trouveraient vains.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *